21 octobre 2017

Actualités juridiques

Les français de l'étranger vont élire leurs 11 députés tonnerre de Brest!...

22 mai 2012 à 11h40 par Christophe Landat
    
Elections législatives 2012 à l'étranger - Voter... par francediplotv

Les français de l'étranger vont pouvoir cette année élire 11 députés. Si on ne peut que louer le travail fait par le Ministère des Affaires étrangères pour communiquer de manière moderne et didactique sur ce sujet, un nouveau parti politique semble ne pas souscrire aux modalités de vote, notamment au niveau de la sécurité.
Et ce parti c'est le "Parti Pirate"! Vous avez sans doute entendu parler de lui dans d'autres pays européens où il a réussi à obenir des élus (en Allemagne notamment).

De manière assez pertinente, il relève que le bureau de vote virtuel mis à dispositions des français établis hors de France "(...) est le plus important de France ; il est équivalent, en nombre d’électeurs inscrits, aux villes de Lyon, Toulouse et Nice réunies". Une manière d'insister sur le poids de ce vote dans le scrutin du mois de juin.

Il constate ensuite sur son site que « (...) les délégués du Parti Pirate ont constaté des défauts de sécurité importants. Ainsi la génération des clefs électroniques permettant l’ouverture de l’urne à l’issue du  scrutin a eu lieu avec des outils informatiques dont l’intégrité n’était pas garantie. Par ailleurs, les clefs, censées être uniques et soumises à la garde des titulaires du bureau de vote, pourraient être dupliquées par toute personne ayant accès aux ordinateurs ayant permis leur génération, ces matériels n’ayant pas été correctement nettoyés devant les membres du Bureau de Vote. ».

Un point de vue pas si anodin que cela quand on sait que notre vénérable et très sage CNIL s'est elle même penchée à plusieurs reprises sur ces difficutlés énonçant par exemple dans une délibération n°2010-371 du 21.10.2010 portant adoption d'une recommandation relative à la sécurité des systèmes de vote électronique :  "Devant l’extension du vote par internet à tous types d’élections, la Commission souhaite rappeler que le vote électronique présente des difficultés accrues au regard des principes susmentionnés pour les personnes chargées d’organiser le scrutin et celles chargées d’en vérifier le déroulement, principalement à cause de la technicité importante des solutions mises en œuvre. Au cours des travaux que la Commission a mené depuis 2003, elle a, en effet, pu constater que les systèmes de vote existants ne fournissaient pas encore toutes les garanties exigées par les textes légaux. Dès lors et en particulier, compte-tenu des éléments précités, la Commission est réservée quant à l’utilisation de dispositifs de vote électronique pour des élections politiques."

Cette recommandation a été publiée au Journal Officiel de la République

A la vue du constat opéré, on peut s'interroger sur les suites qui ont été données aux recommandations formulées...

 

Commentaires

Soyez le premier à poster un commentaire !

Ajouter votre commentaire

Identifiez vous pour poster un commentaire.