17 octobre 2017

Actualités juridiques

KIUBI : la belle aventure...

19 fév 2013 à 09h14 par Christophe Landat


Comme dans toutes les professions, certains projets vous procurent plus de plaisir que d'autres. Assurément, la collaboration qui vient de naître entre le cabinet et TROLL D'IDEES pour les accompagner juridiquement dans le lancement de la nouvelle version de leur logiciel KIUBI fait partie des grands moments de plaisir que le métier est susceptible de pouvoir apporter au passionné de nouvelles technologies que je suis.


Le projet était intéressant : KIUBI est un logiciel SAAS qui comporte nombre de particularités. Chacune devait donc être contractualisée tout en n'étouffant pas sous des tonnes de juridisme ce qui devait avant tout rester une mise à jour majeure d'un service destiné à la fois aux professionnels du Web et plus indirectement aux particuliers (leurs clients...).

Le choix d'une Charte de qualité et de bonne conduite semblait devoir naturellement s'imposer pour éviter d'allourdir le document. Faire simple quand on pratique le Droit n'est pas chose aisée. Il suffit de voir les lois calamiteuses auxquelles nous a habitué le Législateur depuis des décennies. Le timing était de sucroît assez serré et il a donc fallu y passer de nombreuses journées... et quelques longues soirées pour rendre la copie à temps : Dieu bénisse SKYPE, aujourd'hui véritbable outil de travail 2.0 pour un avocat et ses clients, le mail ne venant finalement qu'en complément des échanges.

Assurément, la manière de travailler a changé pour les avocats, surtout ceux qui pratiquent le droit des nouvelles technologies.

La révolution engendrée par la naissance d'une "économie numérique de marché" a bouleversé certaines méthodes de travail dans nombre de petites start-up devenues des géants internationaux mais aussi dans des entreprises de taille plus modestes. Google serait ainsi une des entreprises de taille mondiale où il ferait bon travailler... Cette "décontraction sérieuse" doit-elle contaminer les cabinets d'avocats? J'en suis pour ma part totalement convaincu.

On ne peut pas prétendre accompagner de tels projets ou même d'autres plus ambitieux encore en conservant les méthodes traditionnelles de travail de notre profession : l'interactivité est essentielle et le client doit pouvoir oser tout demander à son avocat à n'importe quel moment sans par exemple le filtre d'une secrétaire dont le travail consiste aussi à préserver la tranquillité de ses employeurs. Briser la glace, rendre conviviaux les échanges entre l'avocat et son client, ne pas dramatiser les incompréhensions ou les erreurs et même, osons le dire, permettre à l'humour de prendre sa place dans les échanges ne peut qu'être profitable aux partenaires.

En l'espèce, j'ai pu compter sur la totale collaboration de TROLL D'IDEES (merci Matthieu!) et on ne dira jamais assez à quel point c'est essentiel pour un avocat qui doit avant toute chose bien comprendre le projet du client.

Bref, au final un superbe projet tant technologique que juridique et une envie de remettre ça très rapidement! Avis aux amateurs...

Commentaires

Soyez le premier à poster un commentaire !

Ajouter votre commentaire

Identifiez vous pour poster un commentaire.