20 octobre 2017

Actualités juridiques

Blacklistic ou la médiation dématérialisée réussie.

10 fév 2016 à 17h10 par Christophe Landat


La médiation a le vent en poupe dans les juridictions françaises. On parle de mode de réglements non juridictionnel des différends. Et pour cause, à l'heure où les délais de traitement des dossiers ne cessent de se complexifier et de s'allonger, la médiation demeure un mode de réglement des litiges qu'il faut absolument privilégier, un bon accord demeurant toujours mieux qu'un mauvais procès. Cela, Blacklistic l'a compris bien avant tout le monde...
La médiation a vraiment pris une place très importante dans le processus judiciaire et les avocats sont aujourd'hui de plus en plus invités à se former à cette pratique tant le législateur souhaite privilégier cette voie pour le traitement de masse des petits litiges. On tend même à voir le phénomène s'étendre aux dossiers les plus importants puisque cette possibilité de médiation, inévitable devant le juge de proximité ou le juge d'instance, se banalise également devant le Tribunal de Grande Instance.

"Réglez vos litiges ailleurs que devant les Tribunaux!". Tel est le message que l'Etat semble vouloir faire passer aux acteurs du droit. 

Blacklistic a senti bien avant beaucoup de monde qu'il y avait une place à prendre, notamment dans le domaine de la nouvelle économie, le client isolé et mécontent étant souvent sans solution concrète face à la surdité des grands groupes pourtant en faute sur le plan des délivrances conformes de leurs produits, voir sur celui des livraisons non effectuées. 

La frustration est particulièrement sévère quand votre compte en banque a été débité et que le produit acheté n'est pas livré, n'est pas celui que vous aviez choisi ou arrive cassé ou défaillant... La e-réputation est aujourd'hui un phénomène que n'ignorent plus les entreprises. Et un client mécontent sur le web qui dispose de l'outil pour se faire entendre est susceptible de laisser une trace sur le web qui risque de porter sérieusement préjudice à l'entreprise si l'insatisfaction n'est pas traitée rapidement.

Dans les litiges ayant trait au droit de la consommation, la médiation est même un droit comme le prévoit les articles 152-1 et suivant du code de la consommation : "Tout consommateur a le droit de recourir gratuitement à un médiateur de la consommation en vue de la résolution amiable du litige qui l'oppose à un professionnel. A cet effet, le professionnel garantit au consommateur le recours effectif à un dispositif de médiation de la consommation. ".

Certes, quelques conditions doivent être respectées mais l'idée est bien là et une fois encore, c'est d'une initiative privée que vient la concrétisation la mieux réussie et la plus pédagogique. 

C'est une spirale vertueuse qui attend le SAV qui comprendra tout l'intérêt qu'il y a à considérer les réclamations qui lui sont adressées via ce media car on peut suivre au jour le jour l'évolution des réclamations et leur traitement. Une véritable valeur ajoutée pour les entreprises car la satisfaction client se voit... on est sous la loupe!

Et s'il n'est pas possible d'aboutir via une discussion entre personnes raisonnables... le vilain avocat peut prendre le relais!
 
 
 

Commentaires

Soyez le premier à poster un commentaire !

Ajouter votre commentaire

Les commentaires de ce billet sont fermés